Philip-Lorca diCorcia

Philip-Lorca diCorcia - Photographe

Philip-Lorca diCorcia

Photographe: Philip-Lorca diCorcia

Thousand

Thousand

Thousand, de Philip-Lorca diCorcia

Thousand se présente comme une œuvre majeure de l’un des artistes les plus influents de la photographie contemporaine. Philip-Lorca diCorcia travaille la réalité à travers son regard cinématographique ; d’abord orienté vers des scènes dignes d’un tournage de film, il s’est peu à peu intéressé à la photographie de rue, appelée “street photography”. (...)

Philip-Lorca diCorcia

Philip-Lorca diCorcia

Philip-Lorca diCorcia, de Philip-Lorca diCorcia, Jill Medvedow, Bennett Simpson, Lynne Tillman

Photographe parmi les plus influents, l’américain Philip-Lorca diCorcia, né en 1953, occupe une place particulière dans la photographie contemporaine. Depuis plus de trente ans, il réalise des images à la croisée des chemins entre le documentaire traditionnel, inspiré par les américains Paul Strand, Walker Evans, Harry Callahan, et Robert Frank, et une (...)

Philip-Lorca diCorcia

Philip-Lorca diCorcia

Philip-Lorca diCorcia, de Philip-Lorca diCorcia, Peter Galassi

Cette monographie de Philip-Lorca diCorcia est éditée par le Museum of Modern Art de New York en 2007, et reprend le travail du photographe depuis 1978 jusqu’à 1994. A ses débuts, les portraits énigmatiques des scénarios domestiques mettaient en scène des personnages incarnés par les amis ou les membres de la famille de Philip-Lorca diCorcia. Les (...)

Philip-Lorca diCorcia

Né en 1953, le photographe américain Philip-Lorca diCorcia vit et travaille à New York. Diplômé de la School of the Museum of Fine Arts de Boston, ainsi que de l’Université de Yale à New Heaven. Depuis les années 1980, il collabore avec les magazines Esquire, Fortune puis, Condé Nast Traveler et Details. Depuis 1977, son travail a fait l’objet de nombreuses expositions et grandit les collections des plus grands musées de New York (Moma, Metropolitan Museum), de Los Angeles et de San Francisco. Son intérêt pour le cinéma et la mise en scène transparait dans ses clichés. A partir des années 1990, il réalise de nombreuses séries ayant pour lieu commun les rues de la ville. Il offre les portraits troublants de passants perdus dans leurs pensées, marchant mécaniquement les uns entre les autres.