Mario Giacomelli

Mario Giacomelli - Photographe

Mario Giacomelli

Photographe: Mario Giacomelli

14 juillet 2010 Beaux Livres » Actes Sud Éditions

Le Noir attend le Blanc

Le Noir attend le Blanc

Le Noir attend le Blanc, de Mario Giacomelli, Alessandra Mauro

Exceptionnel photographe, Mario Giacomelli était aussi peintre et poète, et la richesse de son travail ne se comprend qu’à l’aune de cette quête acharnée d’un langage formel susceptible d’exprimer la gravité métaphysique du monde. Dans sa contribution introductive à ce nouvel ouvrage, l’historienne Roberta Valtorta parle de Giacomelli comme “d’un artiste (...)

The Black is Waiting for the White

The Black is Waiting for the White

The Black is Waiting for the White, de Mario Giacomelli

Difficile de méconnaître ces images en noir et blanc de prêtres dont les robes sont soulevées par le mouvement de la marche, le souffle d’une brise, l’envol d’une ronde musicale… Elle font partie de cette série consacrée aux séminaristes de Senigallia, dans la région des Marches en Italie. Et sont signées Mario Giacomelli (1925-2000), photographe (...)

EXPOS - EVENTS - PRESSE - STAGES

10 avril 2009 Festival Mai Photographies Quimper  Evènements de la photo

Festival Mai Photographies Quimper

Festival Mai Photographies Quimper

Carnets d’artistes Pour cette édition exceptionnelle, l’association Rien à voir s’est jointe à l’équipe organisatrice de Mai-Photographies pour impulser un vaste projet de production. Ces 2 associations œuvrant pour la création photographique ont proposé à quarante photographes, de concevoir un livre d’artiste, inspiré d’une œuvre littéraire existante de (...)

Mario Giacomelli

Mario Giacomelli débute la photographie, en autodidacte, dans les années 50 : Nudi (Nus) en 1954, Vita d’ospizio (Vie à l’hospice) en 1954-56, Natura morta en 1955-56, Paesaggi (Paysages), Scanno et Lourdes en 1957-59, Zingari, Puglia e Studenti (Gitans, Pouilles, Etudiants) en 1958, Loreto, Mare et encore Lourdes en 1959, Nudi en 1960.

L’hospice de Senigallia, dans lequel travaillait sa mère, fait l’objet par la suite de deux autres séries aux lignes graphiques désormais significatives de son approche : Verrà la morte e avrà i tuoi occhi (La mort viendra et elle aura tes yeux) entre 1966 et 1968, Non fatemi domande (Ne me posez pas de questions) entre 1981 et 1983.

Les paysages sont pour Giacomelli un sujet privilégié : « Je ne photographie pas le paysage, mais les signes, les mémoires de l’existence d’un paysage à moi.

A travers le paysage, c’est mon âme que je trouve ». Les séries Scanno, bourgade des Abruzzes, et I pretini (Les petits curés), réalisée entre 1961 et 1963 ont confirmé la reconnaissance internationale du photographe.