Laurence Leblanc

Laurence Leblanc - Photographe

Laurence Leblanc

EXPOS - EVENTS - PRESSE - STAGES

7 mai 2011 Rencontres d’Arles  Stages Photo

Rencontres Arles, Stage Photo

Rencontres Arles, Stage Photo

Les Rencontres d’Arles programment tout au long de l’été au sein d’un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle, de nombreux stages de photographie qui sont une occasion unique pour les participants, amateurs ou professionnels, de rencontrer et d’échanger avec des photographes de renom. Du 4 juillet au 26 août, se déroulera un programme dense qui (...)

12 mai 2009 Chroniques Nomades  Evènements de la photo

13ème Chroniques nomades

13ème Chroniques nomades

La balade photographique Le festival « Chroniques Nomades 13 ème édition » à Honfleur appelle le spectateur, comme autrefois les explorateurs, à partir à la découverte d’horizons nouveaux. Chaque année, le travail de divers photographes présente différentes visions du monde, où la réalité sert de faire valoir à l’imaginaire. Des initiations, des quêtes (...)

Laurence Leblanc

Laurence Leblanc est née le 6 juin 1967. Elle a effectué de nombreux reportages dans le monde et a déjà publié plusieurs ouvrages, dont "L’Art des trains et des gares, 70 ans de la SNCF", (Textuel 2006-2007). Elle a exposé dans des lieux prestigieux de la scène artistique parisienne, au jeu de Paume, au Grand Palais... Elle a reçu en 2003 le Lauréat du prix de la Fondation HSBC pour la Photographie, et en 2006 est sélectionnée pour la première édition du "Prix photo du Jeu de paume".

Les images de Laurence Leblanc sont marquées par cette quête : la mémoire et sa disparition, et la fragilité humaine. Des visages, des corps sont ancrés dans une mémoire pesante, et traduisent un avenir incertain. Les clichés réalisés au Cambodge de l’exposition « Rithy, Chéa, Kim Sour et les autres » sont presque dansants, car le flou y ajoute la note poétique du mouvement. Les courbes incertaines rappellent la mémoire oubliée, non-reconnue de la population massacrée. Ce travail réalisé en noir et blanc porte sur des enfants , qui incarnent le traumatisme du massacre d’un quart de la population.