100 photos de René Burri pour la liberté de la presse

100 photos de René Burri pour la liberté de la presse

L’apparition du Che en couverture d’un album de Reporters sans frontières ne va pas de soi. Cette image, emblématique du travail de René Burri, est représentative de ses plus grands reportages. Après plus de soixante années de carrière, des photographies parmi les plus connues de l’histoire, des reportages publiés dans les journaux les plus réputés, des séries sur Le Corbusier ou Pablo Picasso devenues mythiques, René Burri appartient à la toute petite famille de ceux communément appelés les « monstres sacrés » de la Photographie.

En avant-propos, Daniel Cohn-Bendit souligne, dans le travail de Burri, l’engagement du photoreporter ; François Hébel rend hommage, dans sa préface, à l’immense carrière de ce photographe historique.

“100 photos de René Burri pour la liberté de la presse” sera en vente à partir du 3 mai 2010, vous pouvez déjà le commander en ligne.

Extrait de l’avant-propos de Daniel Cohn-Bendit :

Que Reporters sans frontières me demande d’écrire la préface de son magazine pour la liberté de la presse n’a rien d’extraordinaire. Là où ça devient plus insolite, c’est quand la photo en couverture est celle d’une icône politique, sex-symbol transgénérationnel, dont la révolution a plutôt mal tourné ! Plus sérieusement, par-delà le paradoxe apparent de sensibiliser au problème de la liberté d’expression avec une photo du Che, il est avant tout question du portrait légendaire de René Burri qui continue d’interpeller les esprits sans perdre de sa vivacité. Burri, c’est le reporter qui nous livre les parts délaissées d’un monde commun. Burri, c’est aussi celui dont l’œuvre évocatrice déconcerte nos sens. (...) À la manière d’un éclaireur, le photoreporter nous ouvre le monde et élargit le champ des consciences. Ce rôle d’alerte est crucial pour préserver l’empathie et déjouer le cynisme qui touche trop souvent les sphères politique et économique. En disséminant l’information, le journaliste et, en particulier, le reporter contribuent à forger un sentiment d’appartenance à un même monde au point, parfois, de déranger, voire de brusquer notre bonne conscience...(...)

Extrait de la préface de François Hébel (Directeur des Rencontres d’Arles Photographie) :

René Burri fait partie du cercle restreint des photographes qui peuvent revendiquer plusieurs images de la mémoire collective et de l’histoire de la Photographie. Certaines sont dans cet album : les marcheurs sur le toit de Sao Paolo, les colonnes de Brasilia, les lotus de Pékin, ses photos de la guerre des Six Jours, des portraits d’artistes, la construction du mur de Berlin, la Chine de Mao, etc. (…) Ses photographies les plus célèbres sont en noir et blanc, mais il s’intéresse très tôt à la couleur, qu’il considère avant beaucoup d’autres comme un champ stimulant de possibilités.Son point de vue est engagé autant que graphique, il photographie les symboles de son époque à travers des sites, des foules, ou des personnages clés de l’Histoire et de la pensée. Qu’est-ce qu’une bonne photographie-documentaire ? Chez René Burri, il y a une vie et un œil animés par l’art, le souci de la forme, une bonne dose d’intuition, de fraternité et d’insolence revendiquée.

source © Reporters sans frontières

100 photos de René Burri pour la liberté de la presse
100 photos de René Burri
de René Burri, Reporters sans frontières

100 photos de René Burri pour la liberté de la presse, de René Burri, Reporters sans frontières
Éditeur: Reporters sans Frontières
Parution: Avril 2010
Pages: 120 - 100 photographies
ISBN-13: 978-2362200007

 

    454