Hyper

Hyper

La première série Hyper juxtapose l’univers cadré, obsédant, saturé et kitsch des hypermarchés, temples modernes dédiés à la consommation, à des corps lévitant et flottant librement dans l’espace.

Comme dans son précédent livre La chute, l’auteur s intéresse aux zones de tension entre conformisme social, marques, standardisation d’une part, énergie désirante et liberté de l’individu d autre par. L’univers de la science fiction et du jeu virtuel ne sont pas étrangers à cette esthétique gestuelle.

La fantaisie, l’humour et le burlesque ne sont évidemment pas absents de tels tableaux. Un tel s envole au-dessus des papiers peints fleuris, tel autre flotte endormi au rayon surgelés...

La deuxième série Casques est liée aux étonnants casques de moto portés par des adolescents, habitués, en zone rurale, à se déplacer en deux-roues.

Evoquant des monstres du cinéma fantastique, l’univers de Star Wars ou des insectes géants ces individus posent devant les murs de leurs lieux d habitation, dans la tranquillité sereine des poses de photomaton ou de portraits classiques.

Denis Darzacq se joue de la pesanteur des corps en les opposant à des environnements ordinaires dont il nous donne une lecture désenchantée.

Il demande à de jeunes danseurs de se jeter à corps perdu et s attache à suspendre l’instant, juste avant le contact avec le sol. Les corps tombent ainsi, indifférents à leur propre chute. La photographie n en est pas moins strictement documentaire. Là encore, l’humour n’est pas étranger à cette cohabitation entre galerie baroque et solennité des personnages.

Hyper
Hyper
de Denis Darzacq, Amanda Crawley Jackson

Hyper, de Denis Darzacq, Amanda Crawley Jackson
Éditeur: Filigranes
Parution: Février 2009
Pages: 64
ISBN-13: 978-2350461632

 

    2138