Toxytt

Toxytt

« Toxytt » est la huitième monographie de Cheyco Leidmann. « Toxytt » diffère de ses autres publications car, pour une fois, l’éditeur, Hervé de la Martinière, qui a eu l’idée de publication, n’a posé aucun compromis. Cheyco Leidmann avait carte blanche, et a livré des images dérangeantes et choquantes, mais qui donnent à réfléchir. Grâce à cette liberté qu’il qualifie de cadeau très rare, Cheyco Laidmann partage son regard sur des choses que personne ne veut voir, est allé dans des endroits que tout le monde évite, a photographié le « dark side of the moon » de l’humanité. C’est ça qu’il aime, car selon lui, c’est là que se trouve l’honnêteté, la vérité.

« Il est sûr que ce n’est pas un livre pour enfants...mais ce n’est pas non plus un livre sur le sexe. C’est un livre sur les gens méprisés de la société » C’est ainsi que Cheyclo Leidmann décrit ses images. Lorsqu’on lui parle de pornographie, il répond : « Cela dépend de ce qui se trouve dans la tête des gens ». Selon lui, la prostitution se trouve partout. « La prostitution veut dire faire quelque chose que l’on ne veut pas faire, et c’est ce qu’on fait tous » Ses idées sont fidèles à ses images, n’incluant aucune demi-mesure, et font ressortir les vices et les failles du monde.

Quand il regarde autour de lui, Cheyco Leidmann ne voit pas que du bonheur, au contraire. Il dit : « comment peut-on être heureux tous les jours ? C’est impossible !Quand je regarde autour de moi, je vois beaucoup de gens désespérés » Et puis, le photographe reste dans les mêmes quartiers et ouvre les yeux, sous lesquels se déploie tout un scénario, des histoires dures, mais qui le touchent. « La vie est un changement perpétuel. Vous restez assis ici trois heures , et vous pouvez tout à coup voir un accident. Il y a une énergie constante qui s’appelle le changement. La vie est à propos de ça »

Ses images sont des fragments, pour que les personnes qui les reçoivent puissent avoir leur interprétation, créer leur propre histoire. « Chacun peut prendre sa décision. On peut décider de ce qu’on veut voir et ne pas voir, de ce qu’on ressent. Si tout le monde voit de la même manière, alors c’est faux ; cela n’en vaut pas la peine » Ce qu’il espère, c’est qu’en voyant les photos, il y ait un changement, un déclic dans l’esprit des gens. Il rappelle alors que des personnes vivent et meurent dans la rue, que certaines ne peuvent pas se faire soigner, et que les gens en sont conscients, mais essaient d’ignorer ses vérités. Selon lui, on ignore cette détresse, mais on s’en sent coupable, ne sachant pas quoi en faire. Son livre est donc fait pour briser les barrières et faire ressortir une vérité dure, mais présente.

par Alexandra Calame

Toxytt
Toxytt
de Cheyco Leidmann

Présentation de l’éditeur :

La vision dérangeante d’un artiste qui brise tous les codes de la représentation et de la bienséance

Ils sont drogués, chômeurs, clochards, criminels, prostitués, transsexuels, ils sont tous les acteurs d’un incroyable théâtre, celui que Cheyco Leidmann a mis en scène dans son dernier ouvrage Toxytt.

Avec 300 pages à couper le souffle, chaque composition de l’artiste, chaque image, répond à une urgence : témoigner d’un monde aux odeurs de sexe, de sang, de rage et de fureur, une descente aux enfers sur des chemins surréalistes, fantastiques, quelquefois magnifiques, toujours dérangeants.

Une oeuvre implacable et sans concession.

JPEG - 65.4 ko
Toxytt
de Cheyco Leidmann

« Ces images fantastiques font autant référence à certaines images d’un Max Ernst qu’à L’Enfer de Jérôme Bosch. Il y a là une tentative de mise à mal de l’organisation du corps et du visage humain. Le monde de Cheyco Leidmann est dégénérescent, sans espoir de rémission par Léa Bismuth »

JPEG - 43.7 ko
Toxytt
de Cheyco Leidmann

Toxytt, de Cheyco Leidmann
Éditeur: La Martinière
Parution: Septembre 2008
Pages: 300
ISBN-13: 978-2732437026

 

    3122