Dentelle à Calais

Dentelle à Calais

Depuis 1993, Michael Kenna a visité à plusieurs reprises Calais et erra longuement à travers la ville, photographiant ses paysages urbains et son cœur industrieux fiers : les usines de dentelle.

À sa première visite il a rencontré Annette Haudiquet, alors conservateur en chef du Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle. C’est au cours de cette réunion que l’idée de ce livre dentelle de Calais, et l’exposition qu’il accompagne, est né.

Poursuivant les souvenirs qui hantent encore le vieux dentelles de Calais, les photographies de Michael Kenna capturer un passé profondément enraciné dans la vie de cette ville.

Propre à l’enfance de l’artiste dans un quartier ouvrier près de Liverpool, avec son travail sur les filatures de coton du Lancashire et du Yorkshire, l’a amené à développer un langage spécifique à une géographie de la catastrophe, la poétique du travail de classe et l’évasion en plein air comme une refuge.

Dans « Dentelle à Calais », Michael Kenna capture l’esprit de cette ville et de points sur le caractère des traits d’un peuple travailleur.

Poursuivre la mémoire des lieux, rendre vivace et perceptible le son sourd du martèlement des chariots et des bobines, des fines barres et Jacquard des métiers Leavers, les interjections des tullistes et la vie grouillante des ateliers, c’est. ce que dessinent eu filigrane les photographies de Michael Kenna à Calais.

Il parcourt les usines, l’appareil rivé à son œil scrutateur et décèle les interstices de vie, la poésie de l’intime. Son regard agit comme révélateur des accidents et des existences passées et présentes, ces vies encore bruissantes dans les usines de dentelle, parfois rendues à leur pure architecture de nefs gothiques aux minces piliers de fonte, aux planchers usés luisant de graphite.

Michael Kenna saisit le souffle de l’insignifiant, traçant les lignes d’un voyage où les voix des acteurs de cette histoire marquent l’inconscient collectif et forgent les qualités d’un espace dessinant les traits d’un peuple laborieux. Les paroles des ouvriers font le contrepoint des photographies de Michael Kenna comme le papier à musique d’un orgue de barbarie.

Voyageur immobile et tenace. l’artiste traverse autant la conscience des gens qu’il met à nu la poésie extrême des objets, l’insignifiante nécessité des choses. Il poursuit une quête qui le guide avec ténacité de lieux en lieux chargés de mémoire dans leur intimité absolue, le reliant à eux et au monde.

La première édition de « Dentelle de Calais » publié par Nazraeli Press était limitée à 1000 exemplaires.

Ce livre s’ouvre avec un essai de Noël Jouenne, Docteur en anthropologie sociale qui partage avec nous sa connaissance intime du vocabulaire, les noms des objets parfois extravagant et leurs utilisations.

par Silvio Nuz

Autres livres de Michael Kenna :

Dentelle à Calais Love in black and white - Voir ce livre
- Michael Kenna : A 20 Year Retrospective - Voir ce livre
- Retrospective Two - Voir ce livre
- Hokkaido de Michael Kenna Voir ce livre
- L’impossible oubli de Michael Kenna, Pierre Borhan, et Clément Chéroux Voir ce livre
- Mont St. Michel de Michael Kenna Voir ce livre

JPEG - 16.5 ko
Et la dentelle ? : L’industrie d’une ville : Calais
de Michael Kenna, Noël Jouenne

Et la dentelle ? : L’industrie d’une ville : Calais, de Michael Kenna, Noël Jouenne
Éditeur: Marval
Parution: Novembre 2002
Pages: 92 - 92 pages - 52 duotone plates.
ISBN-13: 978-2862343549

 

    752