Jadis et daguerre

Jadis et daguerre

Voici une odyssée du XXème siècle, singulière, insolite et violente. Elle commence à Berlin le 5 mai 1897 “dans les ténèbres de minuit”. Elle s’achève à New-York en l’été 1969 par la description d’une mort violente, brève et douloureuse, qui se produira, riposte exacte du réel, trois mois plus tard à Rome, le 4 juillet 1969.

David Rousset parle ainsi de Erwin Blumenfeld, l’un des très grands photographes de ce temps qui se révèle également ici un écrivain d’un talent exceptionnel. Né à Berlin à la fin du siècle dernier, de parents juifs, il vécut le double effondrement d’un monde à travers la démence des deux guerres mondiales et n’en réchappa que par une incroyable volonté de vivre. Son témoignage dépasse la simple autobiographie.

C’est, dit encore David Rousset, “du roman pratiqué par Balzac, mais que la cruauté lucide et amère de Céline a transposé”... Balzac, Céline : mélange assez détonant pour mettre à l’abri de toute comparaison l’originalité puissante, dans l’humour et la violence, de ce livre totalement et tragiquement unique, dans tous les sens du terme.

Jadis et daguerre
Jadis et daguerre
de Erwin Blumenfeld

Jadis et daguerre, de Erwin Blumenfeld
Éditeur: La Martinière
Parution: Octobre 1999
Pages: 415
ISBN-13: 978-0500019078

 

    1581