24 septembre 2007 - Accueil du site » Prix et Concours photo »

14ème édition du Prix Bayeux

14ème édition du Prix Bayeux

14ème édition du Prix Bayeux - Calvados des correspndants de guerre. Du 1er au 6 octobre prochains, Bayeux accueille la 14ème édition du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre. Un hommage au travail réalisé tout au long de l’année par ces grands reporters et l’occasion de rencontres et d’échanges avec le grand public, notamment lycéens. Pendant la semaine, débats, expositions, forums, offrent ainsi un décryptage de l’actualité à travers le regard croisé de ces journalistes qui couvrent les soubresauts de la planète.

Après 13 ans d’existence, le soutien de partenaires fidèles, le Prix Bayeux-Calvados a acquis aujourd’hui une renommée internationale. C’est en réunissant des plateaux d’intervenants tels que : Charles Enderlin, Gisèle Khoury, James Natchwey, Sammy Ketz, Don McCullin, Sylvain Cypel, Christian Chesnot... que Bayeux a trouvé son sens et acquis cette reconnaissance et cette fidélité des médias et du grand public.

Jon Swain, Président du jury

Le jury, quant à lui, est composé des grands noms du journalisme français et étrangers, et se réunit pendant deux jours (le vendredi et le samedi) à Bayeux, pour décerner un prix dans chaque catégorie de médias : Radio Photo Télévision Presse écrite. Il sera présidé cette année par un grand reporter étranger : Jon Swain, du Sunday Times, qui a couvert de nombreux conflits : Vietnam, Timor oriental, Érythrée, Irak... C’est un « baroudeur », un de ces correspondants de guerre qui s’honore par leur courage et la qualité de leurs reportages.

Le prix du jeune reporter

Le Prix Bayeux-Calvados soutient la nouvelle génération de reporters en créant le Prix du jeune reporter, parrainé par l’agence Hamsa Press, spécialisée notamment sur le Moyen-Orient. Ce nouveau Prix concerne les quatre types de médias (presse écrite, radio, photo et télévision). Il est réservé aux journalistes ayant moins de 33 ans au 4 juin 2007, date de la clôture des inscriptions. La dotation pour ce prix n’est pas une dotation financière. Il s’agit de permettre au jeune reporter de partir en reportage via une dotation matérielle qui consiste en un contrat d’assurance pour l’étranger pendant 15 jours et un billet d’avion pour la destination de son choix (y compris long courrier). L’objectif de ce nouveau Prix est d’aider un jeune reporter dans sa professionnalisation.

Expositions inédites et programmation renforcée

La rencontre entre les journalistes et le public constitue la force du Prix Bayeux-Calvados. Côté programmation, deux expositions inédites en France : l’une de Thomas Dworzak intitulée M*A*S*H, à l’occasion des 60 ans de Magnum Photos. L’autre a déjà fait le tour du monde et s’arrêtera à Bayeux pour sa seule étape en France : Début de siècle de l’agence Reuters. Parmi les temps forts à noter, la soirée grands reporters « Darfour, silence on meurt », animée par Thierry Thuillier de France 2, avec des documents rares à l’appui.

L’autre grand moment qui devrait marquer cette 14ème édition : la soirée hommage à Anna Politkovskaïa à travers le documentaire inédit réalisé par Manon Loizeau, suivie d’une discussion sur la liberté de la presse en Russie en présence de journalistes spécialement venus de Moscou. En outre, la création du Forum médias en complément du Salon du livre offrira des rencontres privilégiées avec les journalistes-écrivains de l’année.

M*A*S*H de Thomas Dworzak Un étonnant travail de composition entre la fiction et la réalité en Irak. Ce photographe allemand, d’une trentaine d’années, membre de Magnum Photos, a reçu de nombreuses récompenses internationales pour son travail sur les conflits des dernières années.

14ème édition du Prix Bayeux
Camp Warhorse. Soldat amèricain au poste de la Police Nationale Irakienne. Baquba - Irak
6 janvier 2005 © Thomas Dworzak/Magnum Photos

Né à Kötzting, en Allemagne en 1972, Thomas Dworzak grandit dans la petite ville de Cham, au coeur de la forêt bavaroise. Vers la fin de ses études secondaires, il fait ses premiers voyages, en Europe et au Moyen Orient, et commence à prendre des photographies ; il réside successivement à Avila, Prague et Moscou, oû il étudie l’espagnol, le tchèque et le russe. Après avoir photographié la guerre en ex-Yougoslavie, il habite à Tbilissi, en Géorgie, de 1993 à 1998. Pendant cette période, il suit les conflits en Tchétchénie, au Karabagh et en Abkhazie, tout en poursuivant son travail sur un grand projet consacré à la région du Caucase et à ses habitants.

Inédite en France Les photographes de Reuters témoignent d’événements qui définissent notre nouvelle ère.

JPEG - 26.2 ko
Beyrouth, mars 2005.
Une fillette libanaise dans un autocar conduisant des musulmans chiites sur la place des Martyrs - © Damir Sagolj

La tragédie du 11 septembre, la chute de Saddam Hussein, la croissance économique fulgurante de l’Asie et les catastrophes naturelles dévastatrices ont déterminé des changements radicaux dans l’histoire du monde. Les nouvelles technologies ont démocratisé notre culture devenue de plus en plus visuelle et instantanée. Sur tous les fronts, le rythme du changement s’est accéléré.

JPEG - 33.2 ko
Un homme enlève la suie de son visage après l’explosion d’un gazoduc à Lagos, au Nigèria.
Le 26 dècembre 2006. © Akintunde Akinleye/Reuters

Les photographes de Reuters témoignent d’événements qui définissent notre nouvelle ère. Cette exposition et le livre qui l’accompagne rendent hommage au photojournalisme qui traite des plus grands thèmes de notre époque, parmi lesquels terrorisme et démocratie, économie et immigration, showbiz et traditions, vérité et justice. Début de siècle raconte l’histoire des premières années de notre nouveau siècle à travers des événements qui ont bouleversé le monde, des nouvelles tendances qui nous concernent tous et des défis qui façonneront notre avenir.

Rébellion au Népal de Tomas Van Houtryve Photographe freelance Rébellion au Népal

Depuis 2004, Tomas Van Houtryve a couvert les étapes douloureuses de la révolution au Népal. Il a voyagé à pied pendant des semaines à travers l’Himalaya pour capturer des images des rebelles maoïstes dans leurs camps d’entraînements. Pendant que le chaos s’est étendu aux rues de Katmandou, il a photographié les affrontements violents entre les manifestants et les forces de l’ordre. Ses images de ces actions politiques intenses sont caractérisées par leur couleur évocatrice et une intimité inattendue.

JPEG - 41.7 ko
Nèpal. 16 fèvrier 2005. Une jeune fille rebelle maoïste porte un tee-shirt de Britney Spears parmi son bataillon d’autres soldats rebelles.
© Thomas Van Houtryve

L’histoire moderne du Népal est celle de la lutte qui oppose une monarchie farouchement traditionnelle à un peuple déterminé à révolutionner le pays de façon durable. La dynastie des Shah a conquis et unifié cette nation himalayenne il y a 239 ans, ancré son pouvoir dans la croyance que les rois sont la réincarnation du dieu Vishnu. Son règne et l’organisation du pays reposent sur la stricte observance du système hindou des castes. En 1996, une faction gauchiste a décidé de passer dans la clandestinité et de lancer une révolution armée contre la monarchie. Les rebelles appliquent à la lettre la stratégie insurrectionnelle de Mao Zedong. Bien qu’incroyablement démodées dans l’après-guerre-froide, ces tactiques ont fonctionné et les maoïstes ont pris le contrôle de la quasi-totalité des zones rurales népalaises.

JPEG - 21.8 ko
les proches d’un officier de police tuè par les troupes Maoïstes veillent le dèfunt avant sa crèmation au temple de Pasupatinath.
11 policiers ont ètè tuès à Thankot à 9 km de Katmandou lors de l’attaque de leur poste de contrôle. © Thomas Van Houtryve

En 2005, la violence régnait dans quasiment tout le pays et le nombre de victimes s’élevait à plus de 13 000. Les Nations Unies dénonçaient de nombreuses violations graves des droits de l’Homme. Le Népal comptait plus de détenus officiellement « portés disparus » qu’aucun autre état du monde. Les maoïstes forçaient les jeunes à quitter l’école pour les endoctriner et en faire des enfants soldats. Au printemps 2006, le ressentiment de la population contre la monarchie s’est étendu aux villes. Les manifestations furent réprimées violemment, des centaines de personnes furent arrêtées et le gouvernement imposa un couvre-feu. Les forces de l’ordre ont ouvert le feu sur les manifestants et tué 21 personnes avant que le roi Gyanendra n’accepte de renoncer au pouvoir exécutif. L’avenir du roi Gyanendra se jouera lors des élections du 22 novembre prochain. Le scrutin doit désigner une assemblée constituante chargée de réécrire la Constitution népalaise et, notamment, de choisir entre la monarchie et la république.

Un prix international de journalisme

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre récompense un reportage sur une situation de conflit ou ses conséquences pour les populations civiles, ou sur un fait d’actualité concernant la défense des libertés et de la démocratie. Le reportage doit avoir été réalisé entre le 1er juin 2006 et le 31 mai 2007. Un prix de 7600 € est remis dans chaque catégorie.

Huit Prix sont remis - Cinq trophées attribués par le jury international :

- Trophée Presse écrite Prix du Conseil général du Calvados 7600€
- Trophée Télévision Prix de la Région Basse-Normandie 7600€
- Trophée Radio Prix du Comité du Débarquement 7600€
- Trophée Photo Prix de la Ville de Bayeux 7600€
- Trophée du jeune reporter (nouveauté 2007) parrainé par l’agence - Hamsa Press dotation matérielle : billet d’avion, assurance

Trois prix spéciaux :

- Le Prix Ouest-France Jean Marin (presse écrite) 3 800€
- Le Prix du Public (photo) parrainé par le CFJ et la Caisse d’Epargne et l’APE 3000€
- Le Prix Fondation Varenne des Lycéens de Basse-Normandie (Télévision) 3 000€

Source : prixbayeux.org © : photos de présentation : Jaafar Ashtiyeh - Agence France Presse - Trophée 2006.

 

 

Les rendez-vous

Regard des scolaires
- Lundi 1er octobre : Prix Fondation Varenne des lycéens de Basse-Normandie Ouverture des expositions
- Mardi 2 octobre : Cinéma pour les collégiens Projection de « Persepolis »

Soirées cinéma
- Mardi 2 octobre : Projection de « Persepolis »
- Mercredi 3 octobre : Projection de « Un coeur invaincu »

Soirées thématiques
- Jeudi 4 octobre : Soirée grands reporters : « Darfour, silence on meurt » Animée par Thierry Thuillier
- Vendredi 5 octobre : Soirée projection - Hommage à Anna Politkovskaïa Documentaire inédit de Manon Loizeau La liberté de la presse en Russie ?

Emissions en direct
- Vendredi 5 octobre : France Inter : « Et pourtant elle tourne » animée par Jean-Marc Four - France Bleu Basse-Normandie : Emission spéciale

Travaux du jury
- Vendredi 5 et samedi 6 octobre : Réunion du jury international Le regard du public

Forum Médias Salon du Livre
- Samedi 6 octobre : Forum médias Nouveau pôle d’animation

Salon du livre
- Table ronde sur le statut de correspondant de guerre

Soirée de clôture
- Samedi 6 octobre : Annonce des lauréats soirée de clôture

Expositions inédites
- M*A*S*H - Thomas Dworzak
- Début de siècle Reuters
- Rébellion au Népal - Tomas Van Houtryve

Contact et Information :
http://www.prixbayeux.org
Aurélie VIEL
Magali BIGNON
Jean-François LELOUP
Laêtitia NIELCZARECK
Hôtel de Ville 12 bis rue Laitière BP 21215
14 402 BAYEUX Cedex FRANCE
Tél. : 33 (0)2 31 51 60 47
Fax : 33 (0)2 31 51 60 30

 

    1242