Arbréhommes - I

Arbréhommes - I

Adrienne Jalbert, artiste franco-américaine travaillant la sculpture, la peinture et la photographie, a posé son regard sur les formes poétiques, animales ou humaines que peuvent prendre les arbres au cours de l’hiver. Alors qu’ils sont dénudés, que plus une seule feuille ne les habille, Adrienne Jalbert les photographie dans ces moments de fragilité. Ils nous apparaissent sous un autre aspect, avec leurs reliefs inégaux, leurs vieilles bosses, ou leurs ressemblances :

“Ces transformations résultent d’interactions complexes. Elles traduisent souvent les batailles de l’arbre face aux exigences de l’homme, contre la maladie, les obstacles de croissance, les intempéries. Mais elles illustrent aussi les secours apportés par l’homme aux arbres en péril.

Des légendes, des citations, des anecdotes ou des lignes de poésie venant de la terre entière s‘accordent aux images. Parfois le titre et le lieu se suffisent à eux-mêmes. Certaines images font partie d’un jeu d’observation, suggéré par les dessins sur calque, comme ces silhouettes qu’enfant nous inventons dans les nuages : c’est ce que je vois dans l’arbre, ou comment je le vois. Il y a une collection de jeux d’ombres… la collection des arbres utilisés étrangement par l’homme ou l’animal qui se les sont appropriés…

Ces œuvres résultent d’une vingtaine d’années de traques dans le monde entier, spécialement en France. J’y ai découvert l’extraordinaire et jubilatoire plasticité de la Nature. Sans leurs feuilles, les arbres semblent fiers de leurs sculptures dévoilées et de leurs lentes chorégraphies. La grâce de ces jeux de scène force le respect et exalte l’amour de l’arbre chez l’homme et… chez les grands auteurs qui ont bien voulu me parler.”

par Mélanie Jourdan

 

    702