Après la photographie : De l’argentique à la révolution numérique

Après la photographie : De l'argentique à la révolution numérique

Avec l’arrivée de l’Instamatic Kodak et du Polaroïd dans les années 1960, la photographie passe aux mains des amateurs. Dans le même temps, la photographie de presse, face au règne croissant de la télévision et aux contraintes du droit à l’image, redéfinit ses règles de diffusion : de nouvelles agences sont créées, un nouveau type de reportage d’ auteur apparaît. Les artistes, eux, s’emparent de la photographie pour en faire une pratique anti-artistique majeure, qui se voit conférer une valeur marchande sans précédent.

Avec la création de musées et de grandes biennales dédiés à la photographie, celle-ci s’inscrit définitivement dans l’histoire de l’art.

En analysant les enjeux esthétiques et sociaux de la photographie, Quentin Bajac retrace avec brio 50 ans de pratiques, jusqu’à la révolution numérique. En ce XXIe siècle saturé d’images, il pose la question de l’autorité du médium : la photographie dit-elle encore le réel ?

Chef du cabinet de la photographie du musée national d’Art moderne, Centre Georges-Pompidou, Quentin Bajac a été, durant ces dernières années le commissaire de nombreuses expositions, tant sur la photographie moderne que contemporaine.

Après la photographie : De l'argentique à la révolution numérique
Après la photographie : De l’argentique à la révolution numérique
de Quentin Bajac

Après la photographie : De l’argentique à la révolution numérique
Éditeur: Gallimard
Parution: Avril 2010
Pages: 159
ISBN-13: 978-2070358168

 

    320