Terres arctiques

Terres arctiques

La comparaison des photos prises au cours des expéditions de Paul-Emile Victor, le grand explorateur des terres arctiques, avec les images satellites contemporaines montre que la calotte glaciaire fond à une vitesse surprenante.

Le Groenland, grand comme quatre fois la France, n’a jamais perdu autant de glace, une perte que l’on estime aujourd’hui à près de 300 milliards de tonnes par an. La douceur des étés polaires grignote la banquise, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’exploiter les immenses ressources pétrolières que recèlent les fonds arctiques. Du coup, surgissent de nouveaux intérêts, de nouveaux appétits, de nouveaux enjeux énergétiques et frontaliers. La course pour l’exploitation des ressources polaires est engagée.

Mais quelles en seront les conséquences sur la nature, l’environnement, les hommes qui vivent ici ? Voici un témoignage unique, fondé sur vingt-huit ans d’expéditions en Arctique, des années 1980 à nos jours. Pierre Vernay, écrivain-photographe, a sillonné les régions du Pôle en toutes saisons.

Au fil du temps, il a pu comparer l’évolution des paysages et des mentalités. Son expérience du terrain lui a permis d’approcher au plus près l’ours blanc, le renard polaire, le boeuf musqué ou le harfang des neiges, et d’appréhender les conditions de vie extrêmes dans cet univers de glace.

Extrait du livre

Selon la National Oceanic and Atmospheric Adminstration (NOAA) américaine, l’Arctique a enregistré au cours de l’automne 2008 une température de 5 °C supérieure à la normale, un phénomène attribué à la fonte accélérée de la banquise. L’été 2007 avait déjà été le plus chaud dans les annales de l’Arctique, suivi de près par l’été 2008. Pour la première fois, un navire a pu emprunter les passages du Nord-Ouest et du Nord-Est sans l’aide d’un brise-glace, signe du recul de la banquise… L’Arctique est menacé et, avec lui, sa faune et ses habitants. La disparition de l’ours blanc, l’animal emblématique de ces régions, est malheureusement prévisible à court terme. La fonte des glaces va entraîner une augmentation des activités humaines, en particulier celle de la navigation commerciale. De multiples prospections dans le but d’exploiter des fonds et des sous-sols riches en pétrole et en minerai seront entreprises… Un bouleversement qui aura des conséquences incalculables, tant sur le plan de l’environnement, de la faune et de la flore, que sur celui du mode de vie et des traditions des peuples Inuits. (..)

Cet ouvrage, illustré de majestueuses photographies, dont beaucoup proviennent des quatre dernières expéditions menées au Svalbard, dans l’Arctique canadien et au Groenland en janvier 2009, donne à voir et à comprendre l’évolution dramatique de ces terres menacées.

  1. Une très riche iconographie, pour l’essentiel inédite, qui permettra de différencier cet ouvrage de tous les autres publiés sur ce sujet.
  2. Une iconographie augmentée au cours de deux dernières expéditions (en juillet-août 2008, dans l’arctique canadien et en janvier 2009, au Groenland) avec, pour but, de photographier les nuits polaires et les aurores boréales.
  3. Un récit du « vécu » de l’auteur sur la banquise au cours de ses 25 expéditions.
Terres arctiques
Terres arctiques : Un monde immense, sauvage et vulnérable
de Pierre Vernay, Fred Bruemmer

Terres arctiques : Un monde immense, sauvage et vulnérable, de Pierre Vernay, Fred Bruemmer
Éditeur: Rouergue
Parution: Octobre 2009
Pages: 182
ISBN-13: 978-2812600487

 

    368