Les clandestins sous le vent de l’art brut

Les clandestins sous le vent de l'art brut

L’Art Brut n’a pas été fait pour les musées ou pour les appartements bourgeois, c’est une création non détachée, il faudrait le voir dans son contexte, dans les lieux insensés oû il est né, par-dessus l’épaule de ses auteurs. Ceux-ci ont déjà fait de leur vie une oeuvre d’art, leur biographie est à chaque fois un petit roman. Or, Maria del Curto nous fait pénétrer dans l’intimité de l’Art Brut.

Il a rapporté de quinze années de pérégrinations un extraordinaire témoignage photographique sur ces personnages d’exception, créateurs solitaires, excentriques, asociaux ou ombrageux, qu’il fallait savoir apprivoiser.

Il s’est approché d’eux avec la patience, le tact, l’humour parfois, et l’intuition requis pour susciter la confidence dans l’attitude et le regard. Il a su faire en sorte que, pour une fois, l’appareil photographique stimule l’effusion plutôt que de l’inhiber.

Au contraire du cynisme ou du voyeurisme des grands reporters, sa curiosité procède d’un regard épris, amical, générateur de confiance. Nous avons donc affaire à une relation photographique dans tous les sens du terme : le regard et la présence de ces personnages tiennent leur intensité d’avoir été activés par la situation photographique elle-même et par l’implication existentielle du photographe.

Les clandestins sous le vent de l'art brut
Les clandestins sous le vent de l’art brut
de Mario Del Curto, Michel Thévoz

Les clandestins sous le vent de l’art brut, de Mario Del Curto, Michel Thévoz
Éditeur: Infolio
Parution: Février 2008
Pages: 240
ISBN-13: 978-2884740760

 

    1243