Magritte et la photographie

Magritte et la photographie

Très jeune, Magritte joue avec la photographie. Alors qu’il est encore à l’Académie, il pose en complet veston, devant son chevalet, la palette et le pinceau à la main. Il projette ainsi l’image de l’artiste qu’il veut être. Mais dans ses photos de vacances avec ses amis, lors du retour en Belgique, il lâche la bride. Et conçoit des mises en scène réjouissantes. Le côté insurrectionnel de Magritte s’en donne alors à coeur joie. Puis, il construit son personnage, entre dans sa peinture et disparaît derrière la figure uniforme de son héros. Ainsi incarne-t-il par la photographie la figure du grand peintre instantanément reconnaissable et bientôt universellement célébré.

Biographie de René Magritte

René est né en 1898 à Lessines et est l’aîné des enfants de Léopold Magritte et Regine Bertinchamp. Ses 2 frères, Raymond et Paul ont respectivement 2 et 4 ans de moins que lui. Petit, il aimait dessiner et son père, qui aimait ses peintures, l’encouragea. De son enfance, nous retiendrons deux événements. D’abord, un sentiment de mystère, premier sentiment dont il se souvienne, ou veuille se souvenir. Il l’éprouvera pour la première fois bébé en contemplant une caisse, dont il ignore le contenu, près de son berceau. C’est la caisse mystérieuse qui apparaît dans certains de ses tableaux. Ce sentiment bercera l’enfance de Magritte. Selon lui, le mystère est la première chose que puisse ressentir un enfant puisqu’il ne connaît rien et découvre sans cesse. Ce mystère est aussi inexplicable puisque si on l’explique, ce n’est plus un mystère. N’est ce pas le propre du mystère d’être mystérieux et donc inconnu ?

Ensuite le suicide de sa mère. Dépressive, elle s’enfuira une nuit de chez elle pour se jeter d’un pont. On la retrouvera morte quelques jours plus tard le visage couvert de sa robe de nuit. Cette mort a profondément marqué Magritte. L’image du visage recouvert d’un drap est d’ailleurs présente dans beaucoup de ses tableaux. De plus, bien qu’il nie toute relation de cause à effet, on perçoit chez Magritte de nombreux signes de dépression et de mélancolie, sorte de projection du mal de vivre de la mère vers son fils. En 1914, il rencontre Georgette, celle qui deviendra ,8 ans plus tard, sa femme et sa muse. Mais il doit partir pour Bruxelles et ne reverra Georgette qu’en 1920 alors qu’elle est vendeuse au magasin oû il se fournit en peinture et matériel.

Entre temps il étudie la peinture à l’Académie des Beaux Arts de Bruxelles .Comme un écrivain apprend à écrire sans faute afin d’être libre des contraintes techniques, Magritte apprend à peindre. Il s’intéresse au cubisme et au futurisme mais ne s’y attache guère. Sa découverte de l’oeuvre de De Chirico est une véritable révélation. Il a l’impression que ces tableaux, surtout " Le chant d’amour ", sont de la véritable poésie et s’attache, à partir de ce moment, à mettre de la poésie dans ses peintures.

En 1927 il part pour Paris pour rencontrer le mouvement surréaliste dirigé par Breton , avec entre autres, Paul Eluard, Miro et Dali. Cependant, il n’adhère pas vraiment aux idées des surréalistes. Il rentre à Bruxelles dès 1930. Magritte gardera de meilleurs contacts avec les artistes surréalistes belges qu’avec les parisiens. Il meurt en 1967 après avoir peint plus de mille tableaux.

Biographie de Patrick Roegiers

Patrick Roegiers est né à Bruxelles en 1947 et s’est établi en France en 1983. Critique photographique au journal Le Monde de1985 à 1992, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur la photographie et d’essais consacrés à Lewis Carroll, Diane Arbus, Bill Brandt et Jacques-Henri Lartigue. Comme romancier, il a entre autres publié aux éditions du Seuil, Beau regard, L’Horloge universelle, Hémisphère Nord, La Géométrie des sentiments, L’Oculiste noyé et Tripp, ainsi que Le Mal du Pays, autobiographique de la Belgique.

Magritte et la photographie
Magritte et la Photographie
Magritte et la Photographie

Magritte et la photographie, de René Magritte, Patrick Roegiers
Éditeur: Ludion
Parution: Mars 2005
Pages: 168
ISBN-13: 978-9055445431

 

    5365