New photographs

New photographs

Hellen van Meene, artiste photographe née en 1972 aux Pays-Bas, travaille depuis de nombreuses années sur le thème de l’adolescence, mettant en avant la fragilité émotionnelle des modèles dont elle tire le portrait. Depuis 1998, elle expose ses projets personnels dans différentes galeries de Londres, Amsterdam, Tokyo, Los Angeles, Milan, Madrid, Chicago, Bruxelles, Liverpool, Séoul... Elle participe également à des expositions collectives dans d’autres villes comme New York, Miami, Philadelphie, Bruxelles, Marrakech...

Son nouvel ouvrage, New photographs (Éditions Schirmer/Mosel) est le quatrième livre de photographies qu’elle publie. Essentiellement composé de portraits récents d’adolescents au format carré, elle y a également inséré des photos d’intérieurs et quelques natures mortes en panoramique. Ce livre regroupe les différents travaux sur lesquels Hellen van Meene a travaillé ces deux dernières années.

A travers American series (2007), la photographe tire le portrait d’adolescents habitant dans les environs de la Nouvelle-Orléans. Deux ans après le passage de l’ouragan Katrina, Hellen van Meene est allée photographier ces jeunes debout devant leurs maisons, ou assis sur les capots des voitures du quartier. Les deux autres séries, St. Petersburg et Pool of tears (« océan de larmes »), toutes deux effectuées en 2008, ont en commun la mélancolie propre à l’adolescence.

Depuis plusieurs années déjà, la photographe voyage à travers le monde, effectuant toute une série de portraits d’adolescents, et notamment d’adolescentes, ce qui lui vaut d’être mondialement connue. Elle a longtemps travaillé avec des jeunes qu’elle connaissait déjà avant de commencer à les photographier. Puis elle a adopté une autre approche, cherchant des modèles inconnus dans les rues du Japon, d’Angleterre, d’Allemagne et de Russie.

Son travail sur les adolescents est généralement considéré comme osé. Hellen van Meene n’hésite pas à mettre en avant les déformations corporelles qu’engendre cette étape : jeunes filles enceintes, garçons à la bouille encore ronde, visages détruits par les boutons.... Elle va même jusqu’à accentuer cet aspect en faisant poser ses modèles dans des positions inconfortables.

A travers New Photographs, et principalement avec les séries St. Petersburg et Pool of tears, elle semble s’intéresser davantage à l’entrée de ces enfants dans l’adolescence. Ici la violence qu’engendre cet étape n’apparait pas à première vue ; les sujets sont calmes mais n’ont pas l’air serein pour autant.

Très attachée à une mise en scène qu’elle veut parfaite, Hellen van Meene vérifie tout, depuis la posture de ses modèles jusqu’à la couleur de leur vernis à ongles. Quant à l’éclairage, elle fait très attention à la façon dont la lumière du jour tombe sur la peau blanche de ses modèles. Les adolescentes ont le teint clair des jeunes filles en fleur qui se reposent à l’ombre.

Elles sont photographiées dans des appartements décorés de papiers peints fleuris et peu meublés. Ce minimalisme décoratif fait ressortir les modèles qui sont bien le centre de ces photographies. Installées dans des fauteuils, adossées au mur, ou assises sur un lit avec une couverture sur les cuisses, ces jeunes filles sont photographiés dans la lumière douce du matin, légèrement pâle. Elles se trouvent à l’aube de l’adolescence ; d’ailleurs, elles semblent souvent sortir du lit, portent des chemises de nuit comme en avaient nos grands-mères ; leurs corps disparaissent presque sous ces vêtements amples de coton sans âge.

Elles arborent des expressions mélancoliques sous leur visages poupons. Les manches ballons ou les cols ronds de leurs robes les gardent dans ce que l’on appelle encore l’enfance. Hellen Van Meene va même plus loin ; ses modèles, cheveux longs qui leur bordent le visage, teint clair, presque cireux, regards tournés vers le sol ou vers le ciel, ont des airs de madone.

Dans leurs poses transparait la grâce juvénile des ces jeunes filles en passe de connaître les bouleversements typiques de l’adolescence. Il leur faudra se chercher longtemps, accepter les changements corporels qui s’annoncent et qui sont parfois violents. Rapidement ou non, elles connaitront leurs premiers émois amoureux, se découvriront, et perdront cet aspect virginal qui les suspend encore dans l’air.

Hellen van Meene nous emmène très loin du visage adolescent moderne que l’on a pour habitude de voir. Ici, point de maquillage, de coupe à la dernière mode ou d’accessoires indispensables à la survie actuelle des ados.

Les préoccupations de ces jeunes filles semblent sérieuses. Elles ne nous regardent pas, ne cherchent pas non plus à plaire ; elles sont trop perdues dans leurs pensées. Leur regard lointain semble contempler l’avenir qui les attend ; décisions à prendre, choix de vie, doutes à peine supportables, questionnement sur soi et sur les autres...Tout ce qu’elles feront dans ces années là les construira comme les adultes qu’elles deviendront. Pour un instant, Hellen Van Meene a réussi à arrêter le temps.

par Mélanie Jourdan

New photographs
New photographs
de Hellen van Meene, Els Barents

New photographs, de Hellen van Meene, Els Barents
Éditeur: Schirmer/Mosel
Parution: Mai 2009
Pages: 80
ISBN-13: 978-3829604178

 

    661