16 mai 2009 - Accueil du site » Expositions photos »

Journal extime

Journal extime

Le Centre Iris pour la photographie expose en ce moment et jusqu’au 20 juin 2009 une sélection de photographies de Franck Landron intitulée Journal extime. Pierre Gassin, directeur du Centre, raconte comment il a découvert il y a peu les photographies du réalisateur et producteur de Les films en hiver :

« J’ai rencontré Franck Landron lors d’une lecture de portfolio organisée par le Mois de la Photo dernier. Il a tout simplement posé sur la table une pile de tirages 30x40, d’une épaisseur surprenante, alors que dans ce genre d’exercice, on ne demande qu’une vingtaines de photographies ! Réalisateur, il a toujours un appareil photo sur lui, dont il se sert pour prendre des notes visuelles, capter des instants, et les oublier ensuite.

De ses 40 ans de photographies inexploitées, les planches contact abandonnées aux archives personnelles – oubliées ? – il décide, dans un instant de disponibilité, de s’y replonger, et de faire les tirages. Intrigué par ce personnage, visiblement fatigué d’avoir passé des nuits blanches à préparer son dossier avec cette intrépide envie ou ce besoin de montrer tout pour la première fois, je découvre ce recueil : des images sans notion de temps, des gens plongés dans des quotidiens théâtraux, des regards troublants et volontaires, des rencontres furtivement mélancoliques, des besoins de cadres expérimentaux, des matières contradictoires… Une unité forte cependant s’installe dans ce “« récit »” visuel.

L’ “acutance ” du regard de Franck Landron montre bien évidemment ce plaisir libre dont l’auteur semble se rassasier, mais c’est la matière étonnamment palpable de ses lumières qui m’ont tout de suite ému. Avant la fin de la découverte de ce portfolio, je voulais ces images ! Troublé par leur profondeur et leur honnêteté, mêlées de pudeur autant que d’une fantastique luminosité, où les ombres ne sont pas une absence… Bref, elles sont enfin là, à partager ! »

Un premier appareil photo reçu à 13 ans, et voilà Franck Landron qui se met à photographier son quotidien, avec soin. Du noir et blanc uniquement, et des tirages qu’il effectue seul, accentuant les contrastes comme il l’entend.

Cette première exposition au Centre Iris pour la photographie revient sur les dix premières années de pratique de la photographie de Franck Landron. Voir apparaître ces photos prises dans les années 1970 à l’heure actuelle, c’est faire un bond direct en arrière, prendre le temps d’observer ces visages, ces vêtements, ces attitudes qui traduisent une autre époque.

par Mélanie Jourdan

 

    203