Les Photographiques 2008

Les Photographiques 2008

Le premier Festival de l’image au Mans a eu lieu en 1978. Les Photographiques, en portent aujourd’hui l’héritage.

Le trentième anniversaire sera marqué par une présentation de photographies issues de la collection du Festival. Ce patrimoine constitué par l’association au fil des expositions témoigne tout à la fois des multiples potentialités artistiques du médium photographique, de la profonde humanité du regard des créateurs photographes et de la constante ouverture de notre manifestation sur leur précieuse diversité.

L’édition 2008 des PHOTOGRAPHIQUES prolongera cette démarche en croisant trois lignes de forces :

Les Photographiques 2008 Le désir de partager avec la photographie un extraordinaire moyen d’appréhender le vaste monde, de la proximité la plus intime à des ailleurs si lointains et pourtant si proches, un monde menacé, blessé, mais riche de tant de rencontres, de forces de vivre, de dignité, un monde de rêves aussi, d’humour et de tendresse.

- La volonté d’affirmer notre attachement au développement culturel et à la création artistique dans notre espace régional, en invitant essentiellement des artistes issus du ‘‘grand ouest’’.

- La nécessité de porter nos regards vers l’avenir de la photographie, en proposant des travaux de jeunes artistes et en questionnant les nouvelles images et la création issues des technologies numériques.

Expositions et manifestations seront ouvertes gratuitement dans 8 lieux majeurs de la ville, associés notamment au patrimoine architectural de la Cité Plantagenêt et aux transformations urbaines dues au nouveau tramway.

LES EXPOSITIONS

- LA COLLECTION A l’Hôtel de Ville et à la Maison du Pilier rouge

Des photographies issues de la collection du Festival. Depuis 20 ans, l’association Festival de l’image poursuit une démarche d’acquisition auprès des artistes exposés ou de dépositaires de fonds anciens. L’association dispose aujourd’hui d’un patrimoine conséquent dont certaines pièces sont exposées dans le cadre de partenariats. Le 30ème anniversaire du Festival fournit le prétexte d’une exposition plus large et structurée de cette collection. A l’Hôtel de Ville, seront présentées des photographies contemporaines représentatives de la diversité des expositions offertes au fil des années par le Festival de l’image. La Maison du Pilier rouge accueillera des tirages de photographies anciennes évocant l’activité industrielle de Léon Bollée et le premier vol de Wilbur Wright. En partenariat avec le service municipal Tourisme et Animation du Patrimoine et avec les musées du Mans.

- Bernard Descamps - Au Palais des Congrès et de la Culture ‘‘Evening land’’

‘‘Je réalise des images qui ne décrivent pas les objets ou les évènements, qui ne racontent rien, mais qui voudraient dévoiler de minuscules fragments de temps.’’ Cette phrase manifeste pourrait résumer le travail de Bernard Descamps. Depuis trente ans, cet infatigable photographe voyageur arpente le monde et rêve d’une image idéale qui arrêterait le temps pour voir audelà des apparences. Du Sahara au Vietnam, du Japon à Madagascar, en Inde ou au Mali, ses photographies montrent des corps, l’eau, le ciel, la terre et avant tout l’équilibre que les hommes entretiennent avec leur environnement Connaissance des Arts sept. 2007

- Guy Hersant - Sur les grilles de l’Abbaye de la Visitation ‘‘Portraits au Gabon’’

Breton d’origine, fondateur en son temps d’un festival à Lorient, puis, plus récemment, co-animateur des rencontres de Bamako, ce photographe développe depuis quelques années un important travail personnel sur le portrait de groupe. Il sera, début 2008 au Gabon d’oû il compte ramener une nouvelle série qu’il nous propose de présenter au Mans. Des tirages grands formats, réalisés pour cette exposition, seront accrochés aux grilles de l’abbaye de la Visitation valorisant tout à la fois le patrimoine architectural et l’espace public rénové République-Gambetta. En partenariat avec le Conseil Général de la Sarthe.

- Gilles Baumont - Au Centre des expositions Paul Courboulay ‘‘Peur du loup ?’’

La nuit au fond d’un bois, des personnages familiers surpris dans l’inquiétante lumière de rêves d’enfant.

- Muriel Bordier - Au Centre des expositions Paul Courboulay ‘‘Bons baisers’’

‘‘Photographier un monument, c’est fabriquer une carte postale. Se photographier devant le monument, c’est pénétrer dans la carte postale, devenir immortel, présenter à ses amis une image oû l’on trône au bras de la Grande Pyramide, avec le sourire de celui qui fait la une de Paris- Match… Il n’y a en vérité qu’un monument, qu’une carte postale, qu’un seul touriste, qu’une seule photo. Dommage que ce touriste soit si nombreux. Peut-être est-ce sa manière de devenir monumental.’’

- Daniel Chaille Au Centre des expositions Paul Courboulay ‘‘Journal de Bretagne’’

‘‘...S’il est par excellence une passerelle jetée entre la photographie et la littérature elle pourrait bien être celle du journal, du journal comme genre. La dynamique qui en découle, Daniel Challe l’inscrit dans un cadre qui est peu ou prou celui de la photographie amateur... Parce qu’elle est souvent aléatoire, erratique, instable, cette forme apparaît propre en effet à transcrire les élans d’une sensibilité en alerte et d’un désir protéiforme...’’

- Valérie Donsbecke - Au Centre des expositions Paul Courboulay ‘‘Chambres claires’’ Dans le travail photographique de Valérie Donsbecke, il est autant question de mémoire que d’imaginaire. Construite à partir de plusieurs prises de vues, l’image qui en résulte est double. Empreinte du réel, elle est aussi une image fabriquée, une fiction construite.

- Jean Hervoche - Au Centre des expositions Paul Courboulay ‘‘Paysages’’ Pour cette exposition, Jean Hervoche a choisi de présenter un monde élémentaire : le ciel, la terre et l’eau.La photographie de Jean Hervoche est indissociable d’une certaine conception du voyage. Il s’agit d’un vaste parcours dans l’espace et dans le temps initié sur les rivages du Nord et tout récemment à l’Ouest américain.

- François Le Diascorn - Au Centre des expositions Paul Courboulay ‘‘Les îles grecques’’ ‘‘Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Ce qui aurait pu constituer un conservatoire du bien-vivre face à la surconsommation effrénée et folle du monde occidental, a succombé aux coups de boutoir du tourisme de masse qui a opéré une véritable catastrophe culturelle… La manière grecque de vivre n’ a pas entièrement disparu mais elle est en danger extrême. Ces photographies sont un hommage nostalgique à un monde quasiment effacé.’’

- Toinette - Au Pavillon du 117eme. Parc Théodore Monod ‘‘Voiles’’

A travers cette série de portraits, j’ai souhaité parler de quelque chose qui ne m’appartient pas. Parler plus de la personne photographiée que de moi-même. Que l’être soit retranscrit dans une atmosphère neutre. Voilé pour qu’il apparaisse dans son unicité. Qu’il soit révélé dans sa réalité, aussi éphémère soit-elle. Elle a existé, donc elle est. Et si elle n’est plus, elle s’est transformée.

- Jean-François Deveillers - Sur les grilles du Parc Théodore Monod

Le manceau Jean-François Deveillers, déjà exposé au Festival de l’image, en 2003, revient cette année des rives sinistrées de la mer d’Aral avec d’impressionnants collages numériques de photographies de coques de navires marchands perdues dans les sables. Nous les proposerons au public manceau, imprimées sur 5 bâches tendues sur les grilles du Parc Théodore Monod.

- Caroline Pottier - A l’hôpital, salle Claude Monnet du 3 au 24 mars ‘‘Awa’’

Les photographies de l’exposition sont issues de trois séjours de Caroline Pottier au Sénégal, entre 2000 et 2006, séjours qui lui ont permis de découvrir progressivement la richesse culturelle d’un pays et d’un peuple, mais aussi leur extrême pauvreté. Avec AWA, la photographe a choisi de centrer son regard sur la femme, pilier de la sphère familiale et de la société sénégalaise. Les écrits de trois écrivains sénégalais font écho aux images de cette exposition. Membre de l’association Le Bar floréal photographies En partenariat avec l’association Divertimento

- Karine Lebreton - A la M.J.C. Jacques Prévert ‘‘Dream’’Le thème de l’enfance a longtemps fait l’objet de mes préoccupations artistiques. J’ai exploré au travers de ma propre histoire et de celle des autres des émotions telles que les peurs, les angoisses ou les rêves, ces souvenirs indicibles liant le vécu à l’imaginaire.

- Karine Lebretonet, Guénolé Droumaguet ‘‘Campeurs’’

Ce projet, entièrement réalisé en photographie argentique, est l’aboutissement d’une réflexion sur la trace et la pérennité du souvenir d’été. En partenariat avec la MJC Jacques Prévert.

- Georges Quaglia et Gilles Kervella - A l’Office de Tourisme ‘‘Escapade piémontaise’’

Mettez dans une 4L, 4L Renault bien sûr, deux copains photographes équipés de leurs mécaniques à piéger l’imprévu et le fugitif, une petite dose d’inconscience dans leur cervelle, ajouter un goût pour les voyages proches ou lointains et même ceux qui tournent en rond mais dont on rapporte souvent un petit butin. Ils iront jusqu’à traverser les Alpes dans un tunnel pour déboucher au pays de Dante et de Fellini. Ils reviendront, une bouteille de grappa dans leur musette, les poches pleines de souvenirs, de rencontres et de quoi se régaler les yeux dans leur chambre noire. A l’arrivée : surprise, Mitterrand a passé allègrement le premier tour, ils lui donneront un petit coup de main pour le second.

JPEG - 40.1 ko
Evening land
© Bernard Descamps

Contact Festival de l’image
- 2, rue Gréco 72100 LE MANS
- tel : 02 43 78 92 20
- www.photographiques.org

 

    1122