Josef Koudelka - Biographie

Josef Koudelka - Biographie

Josef Koudelka a quitté Prague en 1970. A cette date, il a déjà photographié l’invasion de la Tchécoslovaquie par les soviétiques et réalisé un travail sur les gitans. Exilé, solitaire, il traverse le monde, rencontre les hommes avec une exceptionnelle proximité à leurs vies, leurs tristesses, leurs douleurs, leurs joies. Il fait preuve d’une rage de voir peu commune. D’une composition toujours d’une grande justesse, ses images, hors du temps, ne donnent aucun repère. Pas d’autre certitude. Seulement l’évidence de l’intensité du regard, chargé d’émotion, que porte Koudelka sur la singularité des lieux, des objets et des hommes L’oeuvre de Josef Koudelka atteste qu’il est un photographe d’une personnalité et d’une puissance rare.

Josef Koudelka naît en Moravie, un 10 janvier 1938. C’est un ami de son père, un boulanger, qui l’initie à la photographie vers 1952. La famille et les amis de Koudelka seront ses premiers sujets, photographiés à l’aide d’un appareil en bakélite. Appareil qu’il finira par troquer contre un vieux Rolleiflex à la fin des années 50. Alors qu’il suit des études d’ingénieur à l’université de Prague, Koudelka rencontre le critique et photographe Jiri Jenicek qui l’encourage à faire sa première exposition à Prague en 1961.

Ce qui s’avère une bonne idée puisqu’il y rencontre Anna Fárová, critique d’art, qui devient une amie et une collaboratrice. Koudelka part en Italie, non pour y faire des photos mais jouer de la musique dans un groupe de musiciens et danseurs folkloriques. De retour en Tchécoslovaquie, il commence à photographier les gitans. Il continue, de 1961 à 1967 à travailler comme ingénieur aéronautique à Prague et Bratislava. Ce qui ne l’empêche pas de photographier également des représentations théâtrales, des fêtes religieuses en Slovaquie ou de devenir membre de l’Union des artistes tchécoslovaques.

Néanmoins, en 1967, il est temps de donner sa démission, d’abandonner l’aéronautique pour se consacrer à la photographie, encouragé par un prix qui loue « la qualité novatrice de ses photos de théâtre » et le succès de l’exposition praguoise consacrée à ses clichés de gitans. Parti en Roumanie pour photographier ses sujets de prédilection (les gitans).

Koudelka est de retour à Prague quelques jours avant l’intervention des armées du Pacte de Varsovie le 20 août 1968. Il photographie les affrontements, et tout ce que les rues offrent au regard. Un an plus tard, ses photographies des évènements de Prague parviennent clandestinement aux Etats-Unis. Elliot Erwitt, alors président de Magnum Photos, réalise à partir des tirages un court métrage pour la télévision américaine, puis organise la distribution du reportage, sans pour des raisons de sécurité faire mention du nom de Koudelka. Il est publié dans la plupart des grands magazines internationaux et reçoit le prix Robert Capa.

Prague en 1970 à cette date, il a déjà photographié l’invasion de la Tchécoslovaquie par les soviétiques et réalisé un travail sur les gitans. L’oeuvre de Josef Koudelka atteste qu’il est un photographe d’une personnalité et d’une puissance rare.

En 1970, il quitte la Tchécoslovaquie et devient apatride. Il s’installe en Angleterre qui lui offre le droit d’asile. Il y restera jusqu’en 1979. Les gitans, les fêtes religieuses et populaires ont toujours les honneurs de son objectif. Elliott Erwitt propose que Koudelka entre à Magnum Photos. Il en devient membre associé en 1971 et lie une forte amitié avec Cartier-Bresson et Robert Delpire. Une exposition Koudelka est organisée au MOMA à New York en 1975, quand Delpire (et Aperture aux Etats-Unis) édite Gitans : la fin du voyage. Trois ans plus tard, cet ouvrage reçoit le prix Nadar. Toujours apatride, Koudelka continue de voyager à travers l’Europe, tout en s’installant en France à partir de 1980. C’est en 1984 que lui est consacré sa première exposition d’importance, à la Hayward Gallery de Londres.

Après seize ans d’anonymat, ses photos praguoises de l’intervention des troupes du Pacte de Varsovie sont publiées pour la première fois sous son nom. La Mission photographique de la D.A.T.A.R. l’invite à participer en 1986-87 au projet national sur le paysage urbain et rural en France. Il commence alors à photographier avec un appareil panoramique. En 1987, il est non seulement naturalisé français mais reçoit le Grand Prix national de la Photographie décerné par le Ministère de la Culture. Il est exposé en 1988 au Palais de Tokyo à Paris et à l’International Center of Photography à New York. Il reçoit le Photographic Book of the Year Award pour Exils, puis travaille à une commande de la Mission Photographique Transmanche, sur les changements causés par la construction du Tunnel sous la Manche.

Après 20 ans d’exil, il retourne en Tchécoslovaquie en 1990 et commence à photographier en Europe de l’Est. Les photographies du Printemps de Prague sont présentées pour la première fois dans son pays, avec l’aide d’Anna Fárová. En 1992, il est nommé chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Après quatre années de travail sur la région des monts métallifères du nord de la Bohème, il conçoit en 1994 l’exposition et le livre de photographies panoramiques Le Triangle Noir.

Il accompagne le cinéaste Théo Angelopoulos sur le tournage du Regard d’Ulysse et donne sa vision personnelle des pays des Balkans. En 1996, il est sollicité avec huit autres artistes pour témoigner de la dévastation, causée par l’exploitation industrielle et de massives extractions minières à ciel ouvert, des paysages dans la région située aux confins de la Saxe, de la Pologne et de la République Tchèque. Deux ans plus tard, c’est par le Cardiff Bay Arts Trust qu’il est commandité pour faire une série de photos panoramiques du sud du Pays de Galles. Son « importante contribution à l’art photographique » est récompensée en 1998 par la médaille du centenaire de la Royal Photographic Society de Bath, Angleterre.

Awards de Josef Koudelka

Josef Koudelka - Biographie 2004 Cornell Capa Infinity Award, International Center of Photography, USA
- 1992 Erna and Victor Hasselblad Foundation Photography Prize, Sweden
- 1991 Grand Prix Henri Cartier-Bresson, France
- 1987 Grand Prix National de la Photographie, French Ministry of Culture, France
- 1980 National Endowment for the Arts Council, USA
- 1978 Prix Nadar, France
- 1976 British Arts Council Grant to cover life in the British Isles, UK
- 1973 British Arts Council Grant to cover Gypsy life in Britain, UK
- 1972 British Arts Council Grant to cover Kendal and Southend, UK
- 1969 Robert Capa Gold Medal Award, National Press Photographers Association, USA
- 1967 Award by Union of Czechoslovakian Artists, Czechoslovakia

Bibliographie de Josef Koudelka

- 2006 Koudelka, Delpire, France ; Contrasto, Italy ; Aperture, USA ; Thames & Hudson, UK ; Braus, Germany ; Lunwerg, Spain ; Fototorst, Czech Republic - 2006 Koudelka : Camargue, Actes Sud, France juillet 2006 - 295X230 - 108 pages
- 2004 L’épreuve totalitaire (essay by Jean-Pierre Montier), Delpire, France
- 2003 Théâtre du Temps, Actes Sud, France ; octobre 2003 - 21,7 x 29,7 - 56 pages
- 2001 Lime Stone, La Martinière, France
- 1999 Chaos, Nathan/Delpire, France ; Phaidon Press, UK ; Federico Motta Editore, Italy
- 1998 Reconnaissance Wales, Ffotogallery/ National Museums and Galleries of Wales, Cardiff, UK
- 1994 Cernà

 

    3105