David LaChapelle - Biographie

David LaChapelle - Biographie

Né en 1963, David LaChapelle, photographe et réalisateur américain est connu pour son style bien particulier. bien qu’il affirme avoir horreur qu’on lui dise qu’il a un style, qui ne reconnaitrait pas l’une de ses photos au premier coup d’œil ?

Biographie

David LaChapelle a exposé ses photographies pour la première fois en 1984 dans une galerie new yorkaise. Dans un premier temps résistant à l’idée de travailler pour les magazines, il rencontre Andy Warhol qui lui permet de commencer à travailler pour le magazine Interview.

Dans une sorte d’euphorie, David LaChapelle se met à prendre autant de personnes en photo que possible. Il reconnaît qu’à cette époque il y utilisait un style pompeux, faisant ce qui lui plaisait. Écoutant ses envies, il insiste sur les couleurs, l’humour, le sexe et la spontanéité, qui sont des caractéristiques que l’on retrouve encore chez David LaChapelle aujourd’hui... Le passage du noir et blanc à la couleur correspond exactement au moment où David LaChapelle apprend qu’il est séronégatif. Un énorme poids en moins pour le photographe qui, à 19 ans, avait vu son compagnon mourir du Sida ; il réalise alors qu’il va pouvoir vivre plus longtemps que ce qu’il n’imaginait.

Entre 1995 et 2005, il passe dix ans avec l’idée obsessionnelle de prendre en photo le plus de personnes possibles, dans le monde de la mode, de la publicité, et de la photographie de stars. Ses portraits de stars hollywoodiennes, acteurs, chanteurs et mannequins, ne plaisent pas toujours mais suscitent les réactions. Ainsi des personnes aussi différentes que Pamela Anderson, Marilyn Manson, et Hillary Clinton prennent la pause pour David LaChapelle. Parmi les autres Vip, on trouve Leonardo DiCaprio, Naomi Campbell, David Bowie, les Smashing Pumpkins, les Red Hot Chili Peppers, Tupac Shakur, Elton John, Jeff Koons, Paris Hilton, Tori Amos, Jude Law, Gael Garcia Bernal, Alicia Keys, Bjork, Cher, Elizabeth Taylor, Uma Thurman, Muhammad Ali, David Beckham, Madonna, Eminem…

David LaChapelle reste particulièrement inspiré par la provocation, et par les modèles féminins les plus exagérément bimbo, comme Pamela Andersen et surtout la transsexuelle Amanda Lepore, avec ses lèvres gonflées au collagène et ses multiples liftings.

Il aime également donner un ton pornographique à ses photographies, prenant ici et là des femmes jouant de leur moue la plus incitative. Si Angelina Jolie en train d’avoir un orgasme au milieu d’un champ de pâquerettes peut manquer d’intérêt pour les uns, peut-être trouveront-ils meilleure satisfaction dans son travail intitulé Déluge, inspiré par les peintures évoquant la genèse sur les voutes de la Chapelle Sixtine. Imprégné d’art, son admiration pour le travail de Michelangelo est grande. « Depuis le début, j’ai toujours aimé le travail de Michelangelo, et j’y reviens toujours. Je sais que ça semble bizarre parce que j’ai pris en photo Lil’Kim, Pamela Andersen et Paris Hilton, c’est un peu « d’où ça vient ? » »

Reconnaissant lui même qu’il fait parfois le grand écart entre ses portraits proches de la pornographie et l’implication qu’il a mise dans le traitement de Déluge, il avoue qu’il considère certains de ces travaux comme de simples commandes, des boulots lui offrant la possibilité de vivre. De son livre « Artistes et prostituées » il affirme que modèles et photographe endossent les deux rôles...

Alors qu’il a participé ces dernières années à de très nombreux magazines, il exprime sa volonté de retourner à un travail dédié à n’être exposé que dans les galeries. Gianni Mercurio, commissaire de l’exposition consacrée à David LaChapelle à la Monnaie de Paris au printemps 2009 a réalisé un entretien avec le photographe :

« Les photos de David LaChapelle présentent une mise en scène du monde et adhèrent parfaitement au présent dont elles racontent tout le bien, tout le mal, tout l’utile et tout l’inutile, malgré la patine glamour qui les habille. Des hommes et des femmes hors norme, riches, puissants, sont leurs sujets. Parfois très beaux, d’autres fois grotesques.

Tellement beaux ou grotesques qu’en les regardant on a l’impression d’être sur le tournage d’un « irreality show », où les personnages changent et se relayent et construisent eux-mêmes tour à tour l’histoire. Des hommes et des femmes excessifs et criards, parfois grossiers et vulgaires. Dans cette atmosphère très bariolée et baroque, où le personnage principal te regarde et te fait un clin d’œil en te promettant le nirvana, on perçoit qu’une partie de l’humanité risque de se perdre, engloutie par elle-même, prisonnière des choses, séduite par les marchandises au point de se façonner à leur image, un produit griffé qui cherche à fasciner le consommateur en camouflant la vérité dans un décor psychédélique. »

David LaChapelle réalise également de nombreux clips vidéos, des publicités et il a également réalisé le film Rize en 2005.

Bibliographie

David LaChapelle - Biographie David LaChapelle, Giunti, 2008. - Voir ce livre
- Heaven to hell, Taschen, 2006 - Voir ce livre
- LaChapelle land, Skylight éditions, 2005 Voir ce livre
- Artists and prostitutes, 1985-2005, Taschen, 2004 - Voir ce livre
- Hotel LaChapelle, Taschen, 1999 - Voir ce livre
- Portfolio : David LaChapelle, Mosaik Verlag, 1999 - Voir ce livre

Expo
- David LaChapelle Expo à Paris - Voit cet article

par Mélanie Jourdan

 

    16659