Retourner à l'article »  https://www.livresphotos.com/grands-photographes/erwin-blumenfeld/eye-to-i-the-autobiography-of-a-photographer,533.html

Eye to I: The Autobiography of a Photographer

Eye to I: The Autobiography of a Photographer, de Erwin Blumenfeld, Mike Mitchell, Brian Murdoch

Eye to I: The Autobiography of a Photographer

informations pratiques : Eye to I: The Autobiography of a Photographer

Langue : Anglais
Éditeur : Thames & Hudson
Date de Publication : Juin 1999
Type Reliure : Relié
Pages : 384
ISBN 10 : 050001907X
ISBN 13 : 978-0500019078


Photographe  : © Erwin Blumenfeld
Éditeur  : Thames & Hudson Éditions

Même si Erwin Blumenfeld l’aurait sans doute catégoriquement nié, son autobiographie pourrait être considérée comme un exemple de la trajectoire d’une vie artistique brutalement façonnée par les vicissitudes de l’histoire européenne du XXe siècle. Né en 1896 dans une famille juive bourgeoise de Berlin, il a servi dans l’armée allemande pendant la Première Guerre mondiale, a été lié à la coterie dada de Berlin et a été interné en France pendant la Seconde Guerre mondiale, le tout avant d’immigrer finalement en Amérique et d’être finalement acclamé comme l’un des grands photographes de ce siècle. Un résumé aussi simple rend en fait ce livre un mauvais service. Évitant les auto-justifications et les chronologies scéniques de l’autobiographie typique, l’histoire de Blumenfeld est un délice plein d’esprit et linguistiquement exubérant, abondant en jeux de mots et passages narratifs qui rivalisent avec le travail de nombreux écrivains professionnels. Eye to I est impitoyable dans son traitement de l’auteur lui-même - le hasard et l’accident guident Blumenfeld bien plus que l’héroïsme ou le jugement, dont atteste son récit de la série d’internements brutaux dans les camps de concentration français. Mais encore une fois, c’est précisément cette attitude qui l’aide à survivre : le XXe siècle n’a pas été fait pour le rationnel, et l’ironie et le ridicule de Blumenfeld sont perversement une marque de la plus grande raison. Dada de Berlin, mentionné brièvement, a dû aider à perfectionner ces armes - les seules qu’un artiste comme lui pouvait manier. Blumenfeld s’est révélé aussi excentrique et original en tant qu’écrivain en prose qu’il était photographe; ce livre magnifiquement traduit avec sa sélection trop brève d’images extraordinaires (dont un étonnant photomontage de 1933 d’Hitler) est un merveilleux témoignage d’une vie et d’un art vigoureusement et joyeusement réalisés.

Pour Harper’s Bazaar et Vogue Aurbane le travail du photographe de mode Blumenfeld, dont les photos les plus « new-yorkaises » de New York, ont été créées malgré l’ingérence et la connivence de directeurs artistiques et de rédacteurs de mode « hideux » et « méchants ». Ou alors Blumenfeld (1896-1969) voudrait nous faire croire à ces mémoires caustiques et vigoureusement sardoniques, publiées pour la première fois en Allemagne en 1976. C’est un récit rauque, riche de grandes histoires séduisantes, d’évasions étroites et d’éloges pour certains des habitants les plus gentils du demi-monde. La capacité de survivre et même de prospérer dans des environnements hostiles est le thème récurrent de Blumenfeld, mais ces luttes se déroulent principalement dans les salles de classe et les salons du Berlin du début du siècle et sur les champs de bataille et les camps de concentration des guerres mondiales. Un humour sans faille et un sens irrésistible de l’absurde revigorent les récits de Blumenfeld sur la Première Guerre mondiale, lorsqu’il a été mis en service en tant que chauffeur d’ambulance (il était le seul survivant lorsque, "conduisant sans lumières ni expérience", son "Corpse-Carrier" chargé s’est renversé ). Il était également le comptable du Field Brothel n° 209 (au service d’une unité diagnostiquée comme « cent pour cent syphilitique » (attribuable, peut-être, à la pratique du recyclage de préservatifs difficiles à trouver) ; un intermédiaire pour une religieuse et un prêtre amoureux; et un tuteur français d’un sergent obtus (qui, lors de l’embauche de Blumenfeld, lui a décerné la Croix de fer). Ses souvenirs de son internement brutal dans un camp de concentration français pendant la Seconde Guerre mondiale déchaînent certaines de ses rhétoriques les plus vitrioliques et hilarantes, pas seulement à Hitler (l’"idole des fabricants de toilettes" dont la ressemblance, superposée à un crâne de cristal, était la première photographie célèbre de l’auteur ) mais aussi aux collaborateurs français, dans les camps pestilentiels desquels le photographe a été emprisonné. Illustrations.

par 1999 Reed Business Information, Inc.

Eye to I: The Autobiography of a Photographer
Eye to I: The Autobiography of a Photographer
Eye to I: The Autobiography of a Photographer de Erwin Blumenfeld, Mike Mitchell, Brian Murdoch

Les photographies, les images ou les textes publié sur le site livresphotos.com ne sont pas libre de droit, on été fourni aimablement par l'auteur, l'attaché de presse ou le service de presse pour la publication d'un article et sont utilisable uniquement ? ce fin et pour le site livresphotos.com
   Copyright © :  Article Publié : 19 June 2004 - Modifié : 7 August 2022   sur livresphotos.com. Tous droits réservés. ©  2004 - 2023 livresphotos.com  CNIL:1033549