Les Dali de Dieuzaide

Les Dali de Dieuzaide

En fait, c’est la tiédeur qui fait scandale chez Dali.

C’est elle qui heurte l’esprit de rigueur, l’attendu poétique, le goût pour un trait noble et signifiant (fût-il gagné dans la bassesse ou la honte).

La tiédeur hante une rigueur qu’il voudrait incommensurable, strictement paranoïaque. C’est elle qui le rend somnolent et somnambule, alors que l’acte (peinture ou happening) pique au vif, dans l’apparence.

Quand il serre son corps, presque nu sous son peignoir, c’est un immense effet de serre chaude qu’il convoque, jetant un léger froid dans le monde extérieur qui lui fait face, conjurant néanmoins ce grelottement insigne qui l’obsède depuis un temps bien antérieur à sa naissance.

Forcé d’être dans le bain, alors qu’un goût archaïque le porte à la sécheresse sans fin ni commencement, voilà ce qui, chez lui, entraîne une exécration des trop forts contrastes

Il y a la fameuse photographie de 1953 intitulée « Dali dans l’eau » ( dont le titre décida le peintre à se laisser faire ), mais pour y parvenir, Dieuzaide lui consacra tout un reportage dont la facétieuse poésie méritait d’être découverte qu’on éprouve pour le Maître burlesque de l’admiration ou de l’agacement.

Les Dali de Dieuzaide
Les Dali de Dieuzaide
de Jean Dieuzaide, Daniel Dobbels

Les Dali de Dieuzaide, de Jean Dieuzaide, Daniel Dobbels
Éditeur: Le Temps qu'il fait
Parution: Novembre 2005
Pages: 60
ISBN-13: 978-2868534415

 

    1829