Rétrospective Bettina Rheims au Musée d’art contemporain de Lyon

Rétrospective Bettina Rheims au Musée d'art contemporain de Lyon

L’exposition s’ouvre sur la première série par laquelle la photographe s’est fait connaître à Paris et New York, Female Trouble (1979-1991) et dont certaines images ont été rassemblées dans le livre éponyme publié en 1989. On y voit des jeunes filles dans des poses lascives, anonymes ou célèbres comme Charlotte Rampling, Catherine Deneuve ou Sharon Stone. La série Animal regroupe un ensemble de portraits d’animaux empaillés réalisées entre 1982 et 1984 qui poursuivent les recherches de la photographe vivement intéressée par les liens du vivant et de l’inanimé. La série Modern Lovers réalisée en 1989 est consacrée à des adolescents androgynes. L’indétermination de ces corps photographiés confère aux images noir et blanc une « inquiétante étrangeté ». On découvre notamment Kate Moss, photographiée en 1989 et qui n’était pas encore le célèbre mannequin qu’elle est devenu. La série Modern Lovers a fait l’objet d’une exposition en France qui a inauguré la Maison Européenne de la Photographie puis en Grande Bretagne et aux Etats-Unis. La série mythique Chambre Close est réalisée entre 1990 et 1992 avec la collaboration de Serge Bramly. Dans des chambres d’hôtel, des femmes sont invitées à se mettre en scène de façon érotique. La complicité et la confiance entre la photographe et ces femmes qu’elle n’avait rencontrées qu’une fois ont produit des résultats étonnants, ce qui fait dire à Jean-Christophe Amman que Bettina Rheims est un « catalyseur » (Jean Christophe Ammann, Whichever way - I want you to photograph me, catalogue de l’exposition).

Rétrospective Bettina Rheims au Musée d'art contemporain de Lyon
Sibyl Buck © Bettina Rheims
Rètrospective Bettina Rheims au Musèe d’art contemporain de Lyon

Couronnée de succès, cette série est exposée dans le monde entier. Le livre est à ce jour un best seller régulièrement réédité. Au cours des années suivantes, la renommée de Bettina Rheims traverse les continents et elle s’impose comme une grande photographe aussi bien en Europe, qu’aux Etats-Unis, au Japon, en Corée, en Australie ou encore en Russie. Dans le même temps, elle réalise la série Les Aveugles publiée en 1992, saisissante par la grande différence avec le reste du travail de la photographe. La consécration survient avec la série I.N.R.I. en 1999, important projet photographique retraçant les principales scènes de la Bible et de la vie du Christ réalisée avec la collaboration de Serge Bramly. Il s’agissait, d’après lui, « d’introduire la narration dans la photographie et surtout de tenter d’approcher le mécanisme mystérieux par lequel une image devient une icône ». (Bettina Rheims - Rétrospective, texte du catalogue). Le livre qui sort simultanément dans plusieurs pays (France, Allemagne, USA et Japon) déclenche une violente polémique en France. L’exposition tourne toujours dans des musées d’Europe. En 2000, Bettina Rheims publie X’Mas, série de photographies de jeunes filles à la découverte de leur féminité, mises en scène sur des fonds blancs ou des images d’intérieurs domestiques.

Pour la série Pourquoi m’as-tu abandonnée ’ (1994- 2001), elle photographie des femmes du monde du cinéma, de la musique et de la mode comme Madonna, Claudia Schiffer, Sophie Dahl, saisies dans des moments où elles sont moins « en représentation » qu’en présentation d’elles-mêmes.

La série Shanghai est publiée en 2003 aux éditions Robert Laffont. Elle est réalisée avec Serge Bramly à la suite d’un séjour de six mois dans cette ville. Bettina Rheims y dresse un portrait de Shanghai à travers des images de femmes d’horizons les plus divers : abbesse dans un monastère, actrices et danseuses traditionnelles, mannequins...

Catalogue :

- Éditeur : Schirmer/Mosel (14 septembre 2005)
- Format : Broché - 208 pages Dimensions (en cm) : 2 x 24 x 30, bilingue
- français-anglais, 208 pages comportant 132 reproductions.
- Textes : Essais de Serge Bramly, Jean-Christophe Ammann, Berndt Arell et Kim Levin.

Voir ce Catalogue

VOIR D’AUTRES ARTICLES SUR Bettina Rheims

Source : Musée d’art contemporain de Lyon

Musée d’art contemporain de Lyon